ADEME Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie

L'ADEME en Bretagne

Air

Données et indicateurs

Les émissions en Bretagne

Le dioxyde de soufre (SO2)

Il provient essentiellement de la combustion des matières fossiles (charbon, fuel…).

Les oxydes d’azote (NOx)

Le monoxyde d’azote, NO, est émis par les véhicules, les installations de chauffage, les centrales thermiques, les usines d’incinération d’ordures ménagères, etc. Au contact de l’air, ce monoxyde d’azote est rapidement oxydé en dioxyde d’azote, NO2.

Les particules

Les particules en suspension liées aux activités humaines proviennent majoritairement de la combustion des matières fossiles, du transport routier et d’activités industrielles diverses (incinération, sidérurgie…). Les particules sont souvent associées à d’autres polluants tels le dioxyde de soufre, les Hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), etc. La toxicité des particules est essentiellement due aux particules de diamètre aérodynamique moyen inférieur à 10 μm (PM10), voire à 2,5 μm (PM2,5), les plus « grosses » particules étant arrêtées puis éliminées au niveau des voies respiratoires supérieures.

Les fortes concentrations en PM10 en Bretagne coïncident souvent avec un épisode de grand froid et des températures particulièrement basses entraînant une hausse des émissions de particules liées au chauffage domestique ainsi que des conditions météorologiques défavorables à la dispersion de la pollution atmosphérique (stabilité atmosphérique, vent faible). Mais elles peuvent également survenir lorsque les conditions météorologiques sont clémentes, en l’absence de vent pour les disperser, avec un effet cumulatif possible des émissions du transport et du chauffage.

Le monoxyde de carbone (CO)

Le monoxyde de carbone (CO) est un gaz incolore et inodore qui provient de la combustion incomplète des combustibles et des carburants (la combustion complète produisant du CO2).

L’ozone (O3)

Dans la stratosphère (10 km à 60 km d’altitude), l’ozone agit comme un filtre qui protège les organismes vivants de l’action néfaste du rayonnement ultraviolet.
Dans la troposphère (de 0 à 10 km d’altitude), l’ozone est un polluant dit « secondaire ». En effet, il n’est pas directement émis par les activités humaines mais résulte de la transformation chimique dans l’atmosphère de certains polluants dits « primaires » (oxydes d’azote, composés organiques volatils, etc.), sous l’effet du rayonnement solaire.

Les concentrations les plus élevées en Bretagne sont souvent rencontrées sur les zones littorales, lorsque l’ensoleillement est important soit au printemps et en été, et les conditions sont stables depuis plusieurs jours.

À retenir :

  • les émissions des « polluants urbains » (NOx, CO, HAP, etc.) suivent le poids démographique de la Bretagne ;
  • les émissions de polluants d’origine industrielle sont sous-représentées (SO2 notamment) ;
  • les émissions de polluants d’origine agricole sont sur représentées conformément à la forte vocation agricole de la région (NH3, CH4, N2O).

Plus d’informations sur les polluants en Bretagne